Île Bonaventure et du Rocher Percé

Île Bonaventure et du Rocher Percé

Le Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé est situé au 4 rue du Quai à Percé. Afin d’effectuer les sentiers de l’Île Bonaventure, nous devons d’abord payer notre traversée à l’une des billetteries se trouvant le long du quai. Nul besoin de réservation, des bateaux font la navette jusqu’à l’île toutes les heures et le dernier retour s’effectue à 17h00. Nous empruntons le premier bateau de 9h00 et ainsi débute cette petite croisière d’une cinquantaine de minutes sur le golfe du Saint-Laurent. Nous faisons le tour du Rocher Percé, admirant de plus près ce gigantesque bloc de calcaire.

Vue du Rocher Percé sur le bateau

Il pèse près de 5 millions de tonnes et est vieux de quelque 300 millions d’années. Pas étonnant que les premiers explorateurs dont Jacques-Cartier en 1534 et Samuel-de-Champlain en 1608 l’ont signalé dans leur récit de voyage. Le Rocher Percé est en perpétuel évolution, se modifiant constamment sous l’effet de l’érosion. Deux trous, un trou… Et un jour, il finira malheusement par disparaître…! Nous nous dirigeons maintenant vers l’Île Bonaventure… Nous longeons les falaises où des milliers d’oiseaux marins sont nichés tout en haut. Ces parois rocheuses sont un endroit idéal pour abriter leurs petits. Oh ! Surprise ! Plus bas, sur les rochers, quelques phoques se font bronzer seul ou en groupe.

Phoques le long de l’Île Bonaventure

J’adore ces mammifères marins avec leurs petits airs tristes, comme ils sont adorables ! Nous accostons sur l’île accompagnés par un deuxième bateau ayant pris la mer en même temps que nous. Nous sommes plusieurs à faire escale sur l’Île Bonaventure dont quelques touristes étrangers. Nous sommes tous accueillis par les garde-parcs près de la zone de service. Après avoir reçu leurs recommandations et acquitté nos droits d’accès au parc, nous nous dirigeons vers le sentier Les Mousses. La plupart des gens empruntent le sentier Les Colonies où seulement 2,8 km les séparent de la colonie de fous de Bassan. C’est le sentier le plus rapide et le plus direct pour accéder à ce spectacle unique… Nous empruntons néanmoins celui recommandé par Rando Québec et par chance, il est un peu plus long mais beaucoup moins achalandé ! C’est un sentier étroit, naturel et totalement en forêt qui s’offre à nous. Dès le départ, nous avons droit à quelques bonnes montées s’estompant assez rapidement, laissant place à un sentier fort bien aménagé et agréable à sillonner ! À mi-chemin, nous marchons désormais à découvert respirant l’air pur qui nous entoure. Notre regard vers la gauche nous révèle parfois une vue tout à fait magnifique sur le golfe du Saint-Laurent. Nous approchons des falaises et croisons deux belvédères nous permettant de voir des oiseaux marins de plus près que lors de notre passage en bateau. Continuant notre chemin, nous entendons des cris rauques au loin… Oh ! C’est sûrement eux !!! Au tournant, nous les apercevons enfin ! C’est totalement incroyable ! Des milliers d’oiseaux au plumage d’un blanc éclatant, au cou et à la tête d’un jaune pâle se tiennent là, à notre portée !

Colonie de fous de Bassan

C’est la colonie de fous de Bassan la plus importante et la plus accessible au monde. Peu d’endroits offre ainsi la possibilité d’observer près de 116 000 oiseaux d’aussi près et dans d’aussi bonnes conditions ! Nous avons appris qu’ils reviennent année après année se réinstaller sur le même nid dès la fin mars pour se reproduire. Chaque couple élève un seul petit et ils s’en occuperont près de 90 jours après la naissance de l’oisillon. Nous restons là, les observant une bonne vingtaine de minutes, c’est fascinant ! Quelques-uns prennent leur envol allant sûrement à la recherche de quelques poissons, harengs ou maquereaux, leurs préférés… Bon pêcheur, le fou de Bassan détecte ses proies à une trentaine de mètres de hauteur grâce à son excellente vision. En piqué, l’adulte peut atteindre une vitesse de 100 km/h, c’est assez impressionnant à regarder ! Après quelques prestations spectaculaires, nous décidons de continuer notre route et d’entreprendre le sentier Le Chemin-du-Roy. Nous regrettons déjà de devoir quitter ces magnifiques oiseaux marins au regard enchanteur. Nous nous engageons toutefois dans ce joli sentier dévalant quelques escaliers de bois sur notre passage. Une fois arrivés à la baie des Marigots, nous descendons quelques marches jusqu’à la plage pour y prendre notre pause-dîner. Quel point de vue magnifique sur les eaux du golfe du Saint-Laurent entourés de ces énormes parois rocheuses aux couleurs rouilles, de toute beauté ! Non loin, juste devant nous, un phoque gris sortant quelque fois la tête hors de l’eau, nous observe timidement. C’est vraiment un sentiment magique que de dîner dans ce décor enchanteur ! Nous continuons notre route sur le sentier Le Chemin-du-Roy, longeant la falaise et admirant la beauté du paysage.

Sentier Le Chemin-du-Roy

Tout au long du parcours, nous contemplons et visitons plusieurs maisons ancestrales. Au total, 22 des 25 maisons ont été remises en état permettant ainsi de mieux comprendre comment vivaient jadis les anciens Gaspésiens où les pêcheries étaient dominées par les grandes familles, tel que les Robin et les LeBoutillier. Nous terminons ainsi notre visite et prenons le bateau de 14h00 au quai d’embarcation, direction Percé. La traversée de retour s’effectue directement pour une durée d’à peine 15 minutes. Quelle magnifique randonnée ! Ce fut un réel coup de cœur ! J’y retournerai sans aucun doute…!  


Région :  Gaspésie
Dénivelé :  120 m
Longueur :  8,2 km  (boucle)
Durée : 4 heures 00 min
Difficulté : Intermédiaire
Appréciation : 10/10

 

ArrowArrow
Shadow
Slider

 


 

15 août 2016

Nous y sommes retournés un an plus tard, presque jour pour jour et ce fut tout aussi plaisant que la toute première fois. Nous avons emprunté le bateau de 11h00 mais il est préférable de le prendre plus tôt le matin, à marée basse, pour apercevoir plus de phoques sur les rochers. Cette fois-ci, nous débutons par le sentier Le Chemin-du-Roy à 12h30 et nous sommes de retour par le sentier Les Colonies à 16h00. Nous prenons le bateau de 17h00 pour retourner à Percé. À noter que la maison Wall n’est plus accessible aux visiteurs, elle est sur le point de s’effondrer, dommage ! Pour une meilleure vue sur le golfe du Saint-Laurent, je vous suggère de suivre notre itinéraire initial soit de débuter par le sentier Les Mousses et de revenir par le sentier Le Chemin-du-Roy.

 

 

 


 

 

Une réaction au sujet de « Île Bonaventure et du Rocher Percé »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close