Mont Oak – Mont Kerr

Mont Oak – Mont Kerr

Les Sentiers pédestres des 3 Monts sont situés au cœur de la Réserve écologique de la serpentine de Coleraine, au sud-ouest de Thetford Mines. Cette réserve écologique consacrée à la conservation de la nature est l’une des rares au Québec accessible au public. Une vingtaine de kilomètres de sentiers traversent cet immense territoire et permet de gravir trois sommets: le Mont Oak (460 m), la Colline Kerr (494 m) et le Mont Caribou (558 m). Aujourd’hui, nous ferons l’ascension des deux premières montagnes… Nous stationnons au pavillon d’accueil situé au 6 avenue St-Patrick à St-Joseph-de-Coleraine et débutons l’ascension de cette première montagne, le Mont Oak d’une distance de 1,7 km. Le sentier en forêt est très bien aménagé et le sol est parsemé d’aiguilles de pins. Une libellule posée sur une pierre semble prête à nous indiquer le chemin… Nul besoin car le sentier est fort bien balisé par un rectangle de bois de couleur rouge accroché aux arbres. La montée est plutôt légère et demande peu d’efforts ! Tout au long du parcours, des panneaux d’interprétations traitent de l’histoire de la géologie des Appalaches. Nous croisons justement une « ophiolite », cette grosse roche dont la formation géologique s’est formée sous les océans il y a près de 600 millions d’années.

Ophiolite

Il aura fallu entre 100 et 200 millions d’années avant de voir l’apparition de serpentine sur cette roche ( couleur verdâtre ), intéressant ! Au sommet, ces arbres minces et élancés, dénudés de feuilles, sont tout à fait stupéfiants. Un point de vue nous permet d’entrevoir le village de St-Joseph-de-Coleraine et des environs. Nous réintégrons la forêt et descendons la montagne avant de mieux la remonter en direction du Mont Kerr, sur une distance de 2,7 kilomètres. Cette fois-ci, le sentier de la Colline Kerr est identifié par des rectangles de bois jaune. Un aménagement permettant l’irrigation des sentiers est judicieusement installé tout au long du parcours, la formation de boue doit y être quasiment inexistante. Soudainement, une couleuvre verte passe sur ma botte, se faufile et mine de rien, se camoufle derrière le feuillage vert clair en tentant de passer inaperçue…

Couleuvre verte

Sois sans crainte, j’ai une peur bleue (ou verte) des reptiles alors tu peux rester cachée, je ne veux surtout pas t’attraper…! Ce serpent non venimeux figure parmi les espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec. Avouons que celle-ci, avec ses petites écailles toutes lisses, semble avoir plutôt bonne mine ! À l’approche du sommet, la montée est devenue plus abrupte et rocailleuse. Un petit brin d’escalade et nous voilà rendu au sommet…! Une vue époustouflante s’étend jusqu’à l’horizon. D’un côté,  le cratère de l’ancienne mine Lab Chrysotile et des environs de Thetford-Mines et de l’autre côté, le village de Coleraine, le lac Aylmer et même le Mont Mégantic. Nous prenons une pause-dîner, plutôt longue je dois dire, admirant ce panorama hors du commun, c’est assez impressionnant !

Cratère de l’ancienne mine Lab Chrysotile

Nous avons appris que c’est au cours de l’été 1876 qu’un cultivateur du nom de Joseph Fecteau découvre avec quatre de ses compagnons de l’amiante. Rapidement, le secret de leur découverte s’ébruite et les frères Johnson et les frères King achètent les terres où se trouve le gisement, c’est alors le début d’une ruée vers l’or blanc. Alors que les travailleurs s’installent autour des mines avec leurs familles, le village de Kingsville est fondé en 1892 qui sera plus tard renommé Thetford Mines en 1905. En l’espace de 20 ans, sept carrières d’extraction seront ouvertes et plus de 350 ouvriers y travailleront. Bien que les dangers de l’amiante aient été clairement identifiés dès les années 1890, de nombreuses études viendront confirmer que l’inhalation de fibres d’amiante est à l’origine de l’asbestose (fibrose pulmonaire) ; de cancers broncho-pulmonaires, ainsi que de cancers de la plèvre (mésothéliome) et des voies digestives. Les premières victimes sont les miniers eux-même ainsi que leurs propres familles. Ce sera d’ailleurs la principale cause de l’effondrement du marché de l’amiante qui mènera à la fermeture définitive de la mine King en 1986 ainsi que la plupart de ses voisines. Je tenais tout simplement à faire un petit clin d’œil aux victimes et à leurs familles, à tous ces travailleurs acharnés, ces pionniers de l’or blanc…!
Une fois la pause terminée, nous entreprenons la descente et rebroussons chemin jusqu’au stationnement du pavillon d’accueil… Sur le chemin du retour, je me surprends à fredonner :  ♪ Heigh-ho, heigh-ho, on rentre du boulot… ♪ Saviez-vous que les Sept nains de Blanche Neige, pioches à la main, travaillaient tous dans des mines eux aussi ? Des mines de diamants par contre et non des mines d’amiante… 

Région :  Chaudière-Appalaches
Dénivelé :  200 m
Longueur :  10,4 km  (mixte)
Durée : 4 heures 15 min
Difficulté : Intermédiaire
Appréciation : 8/10

 

ArrowArrow
Shadow
Slider

 

Une réaction au sujet de « Mont Oak – Mont Kerr »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close