Canyon des Portes de l’Enfer

Canyon des Portes de l’Enfer

Le Canyon des Portes de l’Enfer, ce lieu si bien nommé, est situé au 1280 chemin Duchénier à Saint-Narcisse-de-Rimouski. Mais justement, pourquoi donner un nom si infernal à un endroit si divin ? C’est une histoire de draveurs….

La drave s’est déroulée sur plus d’un siècle (1825 à 1954). Elle débutait à la descente des glaces et durait une trentaine de jours, selon la crue des eaux. Les plus hauts chantiers étaient situées au Lac Rimouski d’où la rivière tire sa source. Les billots parcouraient jusqu’à 75 km et terminaient leur course dans l’une des cinq usines situées le long de la rivière. Chaque année, le printemps venu, les valeureux draveurs bravaient le danger pour dégager les embâcles créés par le bois qui s’entassaient sur la rivière Rimouski. Lorsqu’ils atteignaient la portion de rivière située entre la Chute du Grand Sault et qui se termine 5 km plus loin, à l’embouchure de la rivière Macpès, ils étaient paralysés par la peur ! Les arbres des parois abruptes assombrissaient la rivière d’où jaillissait un vacarme incroyable produit par  l’agitation  des eaux.   Ils se croyaient littéralement aux  « portes de l’enfer » ! C’est donc ainsi qu’ils nommèrent l’endroit. La drave sur la rivière Rimouski a cessé définitivement en 1962.

(source: Les Portes de l’Enfer)

Après le poste d’accueil, nous nous dirigeons vers le stationnement P2 où le Sentier du Draveur débute. Ce joli sentier boisé est fort bien aménagé où escaliers et passerelles de bois se succèdent. Nous longeons la rivière Rimouski s’arrêtant à quelques belvédères. Nous sommes impressionnés par les parois resserrées et abruptes qui nous entourent et qui peuvent parfois atteindre jusqu’à 90 mètres de hauteur. Nous apercevons au loin la plus haute passerelle suspendue au Québec d’une hauteur de 63 mètres sur 99 mètres de longueur, impressionnant !

Passerelle suspendue d’une hauteur de 63 mètres

Rendus à proximité, nous traversons cette large passerelle de bois admirant de plus haut la rivière qu’elle surplombe. De l’autre côté de la rive, un belvédère nous dévoile toute la splendeur du canyon. Nous distinguons clairement l’immense escalier qui borde la chute de la rivière du Grand Macpès. Nous repassons sur la passerelle et reprenons le Sentier du Draveur qui cette fois, nous fera vivre la « Descente aux Enfers » ! Plus de 300 marches de bois nous amènent au niveau de la rivière Rimouski et nous permet d’admirer le canyon de plus près…

La Descente aux Enfers …

Quelle splendeur ! Visiblement, on ne Satandait pas à une vue aussi spectaculaire ! Nous amorçons la remontée endiablée des 300 marches pour rejoindre le sentier. Ouf, j’ai les mollets en feu ! Rien de plus normal après une descente aux enfers…! Notre randonnée se poursuit agrémentée par quelques points de vue magnifiques en outre le cri strident de corneilles noires admirant également le paysage. À l’extrémité du sentier, nous descendons (encore !) un escalier de bois afin de contempler la Chute Chaud d’une hauteur de 20 mètres. Nous empruntons le Sentier du Portage sur 2,6 km pour rejoindre le stationnement. Ce sentier sans intérêt est plutôt un chemin de service en gravier non représentatif de toute la magnificence des lieux. Nous récupérons le véhicule et stationnons à proximité de l’accueil, au parking 1. Après notre pause-dîner, nous nous dirigeons vers le Sentier du Grand-Sault… Cette petite boucle d’un kilomètre mène à la Chute du Grand-Sault, haute de 20 mètres, qui amorce le Canyon des Portes de l’Enfer.

Chute du Grand-Sault

Nous dévalons (une dernière fois !) l’escalier jusqu’au lit de la rivière Rimouski et observons avec euphorie cette magnifique cascade se déversant dans le cours d’eau agité…

 

Région :  Bas-Saint-Laurent
Dénivelé :  90 m
Longueur :  5,2 km  (boucle)
Durée : 2 heures 00 min
Difficulté : Intermédiaire
Appréciation : 8/10

 

ArrowArrow
Shadow
Slider

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close